Masque de la blessure

Toute la vérité sur les blessures émotionnelles

, , ,

Rejet, abandon, injustice, etc. Qui n'a jamais ressenti ces souffrances intérieures ? Qui n'a jamais vécu de situations qui faisait resurgir du plus profond de lui des blessures ? Wilhelm Reich, psychologue disciple de Freud, expose les blessures émotionnelles comme les blessures de nos premières expériences de vie.

Qu'est-ce qu'une blessure émotionnelle et comment naît-elle ?

Lorsque nous naissons, vous avons des besoins émotionnels, physiques et mentaux pour pouvoir survivre et nous développer. Lorsque ces besoins sont menacés, notre système nerveux enregistre l'information et créé une alarme qui se déclenchera chaque fois que nous revivrons le même type de situation : une blessure émotionnelle. La blessure est donc créé uniquement afin que nous ne souffrions plus. La plupart des blessures émotionnelles sont générées durant les quelques mois après notre naissance, parfois quelques années. Très rares sont celles qui surviennent lorsque nous sommes adolescents voire adultes.

Les blessures émotionnelles ne s'appliquent pas qu'aux enfants maltraités. Certains d'entre nous vont développer des blessures suite à des évènements réellement difficiles à endurer (coups et blessures, abandon par un des parents, manque réel d'amour de l'entourage proche envers l'enfant, etc.) pourtant d'autres vont également développer ces mêmes blessures en fonction d'une perception erronées de leur environnement. Non, c'est certain, pas besoin d'avoir été maltraité durant son enfance pour porter en soi une ou plusieurs blessures émotionnelles :si nous avons perçu notre environnement comme étant une menace pour notre survie, notre système nerveux a créé une tactique de repli et l'a ancré en nous à travers la blessure émotionnelle.

Par exemple, un jeune enfant dont le père quitte le cocon familial à cause d'un divorce peut, selon sa propre compréhension de la réalité (issue de ses expériences passées), enregistrer l'information comme étant un abandon de son père : "mon père quitte ma mère parce qu'il ne l'aime plus" peut devenir "mon père me quitte parce que je l'aime" ou encore "mon père me quitte par qu'il m'aime".

Chaque blessure que nous portons en nous peut se réveiller n'importe quand sans que nous en ayons vraiment conscience. C'est lorsqu'un évènement, une phrase, un geste, ou d'autres stimuli interfèrent avec nous que notre blessure peut se réveiller, nous faisant alors réagir d'une toute autre manière. Dans un embouteillage par exemple, si un automobiliste réagit de façon très violente à une insulte ou un doigt d'honneur, ce n'est pas le mot ou le geste en lui-même qui le fait réagir ainsi mais ce mot ou geste réveille en lui une vieille blessure émotionnelle qui lui fait avoir cette réaction.

Quelles sont les différentes blessures émotionnelles ?

Selon les recherches de Lise Bourbeau qui a beaucoup travaillé sur l'écoute de son propre corps et de ses émotions, il existe 5 blessures émotionnelles :
- La trahison
- L'humiliation
- Le rejet
- L'abandon
- L'injustice

Et selon les travaux de Jacques Salomé, grand psychosociologue et écrivain français, une 6ème blessure peut être ajoutée à cette liste :
- L'impuissance

La trahison

La blessure de la trahison survient lorsqu'un enfant donne sa confiance et que cette dernière est trahie ; lorsqu'un des parents utilise l'amour que lui porte son enfant pour le manipuler ou le contrôler ; lorsque l'enfant a été élevé dans un fort esprit de compétition et qu'il doit être le meilleur dans certaines disciplines ; lorsque l'enfant à vécu une trahison amoureuse, en particulier lors des premières relations amoureuses et/ou sexuelles.
L'adulte qui souffre de la blessure de la trahison a un physique distinguable : épaules larges et torse bombé car il doit montrer aux autres sa force et les impressionner pour éviter l'attaque. Toujours à la recherche du pouvoir, cela ne lui suffit pas pour se sentir complètement en sécurité. Il peut être assez manipulateur, toujours afin de se protéger : mieux vaut manipuler que se faire manipuler.

L'humiliation

Souvent au moment du développement de la parole, la blessure de l'humiliation apparaît. Lorsque les envies ou ressentis de l'enfant ont été contrecarrés ; lorsque son espace n'a pas été respecté ; lorsque ses premiers pas, paroles ou gestes autonomes ont été rabaissés ou privés d'autonomie ; lorsqu'il a subi des humiliations publiques ou est le souffre-douleur d'un autre, de façon répétée. L'enfant se sent alors sans cœur, malsain et parfois pervers.

L'adulte qui souffre de la blessure de l'humiliation possède un corps en adéquation avec sa blessure : plutôt massif, peu sportif, un peu vouté, épaules affaissées. Il se sent coupable d'agir de certaines façons, de penser ou simplement d'exister. Il porte peu de confiance en lui et son estime personnelle est basse. Il pense souvent qu'il est trop ceci ou pas assez cela. Il veut à tout prix éviter de revivre "la honte" et reste donc accommodant, complaisant, flatteur et parfois hypocrite.

Le rejet

Les enfants non désirés, les problèmes de santé de la mère qui mettent en danger le fœtus, une naissance difficile, une séparation avec les parents, voulue ou imposée ou des contacts avec la mère trop peu fréquents peuvent générer la blessure émotionnelle du rejet.

L'adulte qui porte en lui la blessure du rejet vit une vie parsemée de dangers. Il ressent de la peur liée à son environnement (sécurité, maladies, microbes, agresseurs, voleurs, etc.) et liée à ses relations avec les autres. C'est pourquoi il préfère user de la timidité et de la solitude ainsi il est certain de ne pas développer beaucoup de relationnel et donc de ne pas se faire rejeter. Il a du mal à passer à l'action, par peur du rejet, et utilise facilement comme excuse la peur du jugement, la peur de la critique ou encore une fatigue passagère.

L'abandon

Les enfants qui manquent d'amour, de tendresse, d'affection mais aussi de nourriture peuvent développer cette blessure. L'origine peut être parfois très difficile à percevoir avec des conséquences pourtant dramatiques : le lait maternel pas assez nourrissant pour l'enfant et le laissant sur sa faim, la naissance d'un petit frère ou d'une petite sœur engendrant un sentiment incompréhensible de délaissement, le départ d'un des deux parents du foyer, etc. L'origine peut également être plus visible, perceptible : abandon réel de l'enfant par ses parents, sevrage trop brutal de l'enfant, restriction de nourriture, etc.

L'adulte qui souffre de la blessure de l'abandon va chercher à obtenir toujours plus : plus de nourriture, plus d'amour, plus de tendresse, etc. Rien ne sera "assez" pour lui. Il manque de confiance en lui car se sent responsable de l'abandon qu'il a vécu étant enfant. Il est donc souvent dépendant d'autrui qu'il considère comme plus méritant que lui.

L'injustice

Les enfants ayant eu des parents froids, distants, autoritaires, ayant du mal à exprimer pleinement leurs ressentis ou qui avaient la critique facile sont des enfants qui peuvent souffrir de la blessure de l'injustice. Ils ne comprennent pas pourquoi ils ne peuvent pas être eux-mêmes et considèrent qu'ils ont été "trop" ou "pas assez" pour avoir subi "une injustice".

L'adulte qui porte en lui la blessure de l'injustice à tendance à toujours se justifier pour ses actes, ses paroles et ses pensées. Il aura tendance à être rigide, tant d'un point de vue mental, physique et émotionnel : il se connecte peu à ses sentiments, son buste est toujours droit. Il est toujours dans l'action, non dans le calme ni le repos, car il peine à reconnaître ses limites.

L'impuissance

Lorsque l'enfant a été réprimandé, contraint de faire certaines choses qu'il n'avait pas envie (manger, dire bonjour, etc.), il ressent de l'impuissance parce qu'il est dépendant malgré lui de l'autorité de ses parents. Lorsque ces derniers en abusent, l'enfant perçoit alors la famille comme un système non égalitaire.

L'adulte qui souffre de la blessure de l'impuissance a tendance à être replié sur lui et à garder ses émotions, ses pensées et ses besoins pour lui-même. Il considère son environnement comme hostile et chaque individu qui expose ouvertement ses envies et ses besoins devient un danger car il pourrait avoir une prise sur lui. Il supporte mal tout système hiérarchique et recherche chez les autres leurs faiblesses plutôt que leurs forces afin d'être certain de ne plus vivre "l'impuissance".

Comment guérir de ses blessures émotionnelles ?

Il est tout à fait possible de guérir seul de sa blessure émotionnelle si on arrive dès le départ à identifier celle(s) en cause. Cependant, il est toujours plus rapide et efficace d'utiliser une tierce personne spécialisée dans ce domaine pour les guérir en profondeur.

Si vous souhaitez rester autodidacte, voici plusieurs outils pour les guérir :
- Identifiez pleinement la blessure : lorsque vous avez identifié un comportement qui vous dessert plus qu'il ne vous sert, parlez-vous à vous-même, décrivez vos ressentis. Il est très important de mettre des mots derrières vos maux 😉 Lorsque les émotions montent, c'est que vous touchez l'origine du problème et donc la blessure émotionnelle. Si c'est le cas, continuez !! Tant que vous n'avez pas verbalisé votre souffrance, continuez à vous parlez, à vous décrire la scène et les ressentis.
- Prenez conscience que vous vivez encore dans le passé : acceptez cela et apprenez à vivre dorénavant dans le présent.
- Les mantras : répétez de façon régulière des phrases positives qui viennent vous réconforter et renforcer soit votre estime de soi, votre confiance en vos capacités ou bien votre sensibilité.
- Prenez conscience de vos propres besoins, pas ceux des autres. Cherchez comment, par des moyens simples, vous pourriez les combler - si ce n'est pas facile d'en combler un, c'est que ce n'est pas un besoin mais une envie 😉
- Vous pouvez utiliser la méthode Ho'ponopono pour vous libérer d'une blessure.

Vous souhaitez aller plus loin ?

Félicitations d'avoir pris ce temps pour vous.
Si vous souhaitez aller plus loin, pensez aux accompagnements, moyen très efficace pour guérir vos blessures émotionnelles. Vous pouvez contacter Stefanie via ce formulaire de contact.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *