#11_la-blessure-emotionnelle-du-jugement

La recherche de la perfection… A-t-elle un lien avec une blessure émotionnelle ?

, ,

Si à vous aussi, il vous arrive de passer des heures à peaufiner et améliorer les choses, perdre parfois des journées à tenter de faire des choses parfaites, cette vidéo va vous intéresser 😉 Car derrière cette recherche de perfection, se cache une blessure émotionnelle…

Script de la vidéo :

Bonjour à vous. Je suis Stefanie Palma et je voudrais vous parler aujourd’hui d’une phrase qui me tient particulièrement à cœur parce qu’elle s’applique beaucoup à moi et elle va certainement, très très certainement vous parler. C’est « Fait vaut mieux que parfait ».

Alors pourquoi fait vaux mieux que parfait ? C’est une phrase qu’un jour on m’a sortie, qu’un ami m’a sorti quand je lui est expliqué que je n’arrivais pas à aller de l’avant, à continuer sur ma progression parce qu’en fait je restais bloquée par des petites choses complètement stupides, complètement anodines, mais qui pour moi prenaient vraiment une place très très importante.

En fait, j’étais en train de construire quelque chose, en train de construire un projet, et j’étais bloquée par la mise en forme d’une page sur internet. J’étais bloquée par la couleur, par la façon dont je devais organiser les éléments, structurer les éléments sur cette page. Et impossible pour moi et, dans ma tête impossible d’avance. En fait, mentalement j’étais complètement bloquée parce que je n’arrivais pas à trouver la page juste, vous savez, vous devez connaitre ça, c’est-à-dire quelque chose où vraiment, tant que ce n’est pas parfait, vous ne pouvez pas passer à autre chose et vous revenez toujours et sans cesse sur la même chose pour l’améliorer encore et encore parce qu’à vos yeux il y a toujours moyen de l’améliorer.

En fait, cet ami-là m’a dit :  » Mais tu sais Stefanie, fait vaux mieux que parfait ».

Et c’est à ce moment-là que j’ai compris qu’en fait, chercher toujours la perfection ça me desservait. Déjà la perfection n’existe pas. En fait, être toujours dans l’attente de la perfection, c’est être toujours à la recherche de quelque chose, courir après quelque chose qu’on ne pourra jamais atteindre.

Parce qu’en fait, quand on recherche la perfection, à nos yeux ça veut dire que la perfection n’existe pas. Alors que quand on ne la recherche pas, tout simplement les choses sont telles qu’elles sont et on ne va pas plus loin. On ne cherche pas à transformer et à essayer de faire quelque chose d’extraordinaire ou plus qu’extraordinaire.
Quelque chose qui va peut-être vous parler : peut-être que quand vous mesurez en terme de pourcentage quelque chose, vous faites du 120%. Ça c’est quelque chose que je faisais aussi très souvent. Par exemple, quand je parlais de « Est-ce que j’ai aimé une journée ? » « Ah ouais, je l’ai aimée à 120 % ! ».

Concrètement, c’est une expression de personne perfectionniste, c’est-à-dire que même les 100% ça ne lui satisfait pas , il va toujours chercher à aller plus loin, à dépasser et à toujours accomplir encore plus.

Alors, le perfectionnisme, je ne l’avais pas compris… J’avais compris que j’étais perfectionniste mais je n’avais pas compris une chose importante, une chose essentielle : c’est que le perfectionnisme, c’est un masque issu d’une blessure émotionnelle.

En fait, c’est un masque qui permet de nous protéger d’une blessure qu’on a expérimenté en étant enfant et qui est la blessure du jugement. Ça veut dire que quand on est enfant, on s’est senti jugé. On a été ou on s’est senti simplement jugé, que ce soit par nos parents mais ça peut être aussi par nos frères et sœurs, par les enfants du quartier.

Et en fait, on s’est senti moins bien, on a senti qu’on n’était pas aimé pour ce qu’on était. Donc à chercher à atteindre, à avoir, à faire, toujours plus, à être toujours plus, pour pouvoir justement obtenir l’amour de ses parents, ou des enfants du quartier ou de nos frères et sœurs.

Et en fait, dans cette spirale infernale, on chercher toujours à être plus pour atteindre et obtenir cet amour, sauf que, évidement, ce n’est qu’une impression qu’on n’a pas cet amour pour qui on est, c’est n’est qu’une impression.

Donc on va chercher à être plus, mais cet un cercle vicieux car même en étant plus, on a l’impression de ne toujours pas l’obtenir, donc on va chercher encore à faire plus et toujours plus et toujours plus. Et ce cercle vicieux, il continue même pendant l’âge adulte et c’est pour ça que, comme moi, on finit par être bloqué pendant plusieurs heures, parfois pendant plusieurs journées sur des pages et sur des couleurs de police d’écriture tout ça pour essayer d’avoir quelque chose de parfait alors qu’en fait parfait n’existe pas.

Et tout ça pour quoi ? Parce que on a l’impression que, en faisant toujours plus et en essayant d’atteindre cette perfection, on va pouvoir obtenir l’amour de nos proches, des personnes qu’on aime.

Sauf que c’est quelque chose de complètement faux. En cherchent à atteindre toujours cette perfection, au final, on s’éloigne de qui on est réellement. et c’est en étant qui on est réellement, qu’on va obtenir cet amour qu’on recherche.

Voilà, donc j’espère que cette petite explication très brève vous a bien parlée.

N’hésitez pas surtout à mettre j’aime et à indiquer dans les commentaires si vous êtes concernées par cette situation, si vous aussi vous avez aussi vous avez perdu des heures et des heures à essayer de faire quelque chose de parfait, n’hésitez à l’indiquez dans les commentaires, je vous répondrais et on définira ensembles des solutions. et je vous assure j’ai des conseils à vous donner, il y a des trucs super simples pour réussir à vraiment casser ce schéma et ce cercle vicieux.

Voilà, donc n’hésitez pas , cliquez sur j’aime, partagez la vidéo, et je vous dis à très bientôt ! Merci.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *