Montagne fleur chemin

Conte inspirant : Nos imperfections sont des qualités

, , ,

Le conte indien de la jarre imparfaite

Une très vieille légende Hindoue raconte qu’il y a longtemps, un porteur d’eau indien possédait deux grandes jarres, dont l’une était légèrement fêlée, suspendues aux extrémités d’un bâton qui épousait la forme de ses épaules.
Alors que la jarre de gauche conservait parfaitement toute l’eau de source que l’indien y déversait jusqu’à son village se trouvant en haut d’une colline, celle de droite perdait la moitié de sa précieuse cargaison en cours de route. Ainsi, chaque jour, le porteur d’eau ne livrait qu’une jarre et demie d’eau à chacun de ses voyages.
Bien entendu, la jarre parfaite était fière d’elle et de se qu’elle arrivait à accomplir. La jarre fêlée, quant à elle, avait honte de son imperfection et de ne pouvoir remplir que la moitié de sa fonction.
Un jour, alors que le porteur d’eau remplissait ses deux jarres à la source, celle abîmée s’adressa à lui : « Je me sens coupable. Je te prie de m’excuser.
- Pourquoi ? De quoi as-tu honte ? S’étonna l’indien.
- A cause de cet éclat sur mon pourtour, je n’arrive à porter que la moitié de la cargaison d’eau à ton village. Par ma faute, tu fais tous ces efforts pour qu’à la fin tu ne puisses livrer que la moitié de l’eau que je contenais. Tu n’obtiens pas la complète reconnaissance de tes efforts. »
Le porteur d’eau, touché par ce discours, lui demanda simplement : « Pendant que nous rentrons au village, je veux que tu portes ton regard sur les bords du chemin. »
Il termina de remplir les deux jarres de façon identique puis, pas à pas, monta la colline. La jarre fêlée, répondant à la demande de l’indien, aperçu de magnifiques fleurs baignées de soleil bordant le sentier et cela lui mit du baume au cœur. Pourtant, arrivée en haut de la colline, la jarre abîmée se sentit honteuse à nouveau car elle avait encore perdu la moitié de sa cargaison.
Le porteur d’eau lui dit : « As-tu vu les splendides fleurs qui ont poussé le long du chemin ?
- Oui, mais cela ne m’a divertit qu’un bref moment.
- Et t’es-tu rendue compte que ces belles fleurs n’avaient poussé que de ton côté et quasiment aucune du côté de la jarre parfaite ? »
La jarre fêlée n’avait pas remarqué cela.
L’indien continua : « J’ai toujours su que tu perdais de l’eau alors j’en ai tiré parti. J’ai planté des semences de fleurs le long du chemin de ton côté afin que chaque jours, tu les arroses. Grâce à toi, j’ai pu cueillir de magnifiques fleurs qui ont décorés mon village et ont ravi tous ses habitants. Sans toi, je n’aurais jamais pu trouver de fleurs aussi belles et fraiches. »

Cette vieille légende, nous fait comprendre que nous avons tous des éclats que nous considérons comme des défauts. Certains de nous pensent être maladroits, d’autres diminués par la maladie, certains pensent ne briller que par leur intelligence, d’autres d'être trop sensibles, trop perfectionnistes, pas assez souriants, pas assez beaux, etc. Mais ce sont ces défauts qui rendent nos vies si intéressantes et exaltantes.

Nouvelle équation : 1 qualité + 1 défaut = 2 qualités

Quand j'étais adolescente, on m'a souvent reproché d'être têtue, perfectionniste et de donner trop facilement ma confiance aux autres. Au collège, je faisais très attention aux regards et aux jugements des personnes de mon entourage car j'avais l'impression que si j'arrivais à gommer les défauts qu'ils me reprochaient, je serais alors moins rejetée et j'aurais une meilleure place dans leur cœur. Évidemment, c'était faux.
Puis, au lycée, j'en eu marre d'essayer d'être quelqu'un d'autre, quelqu'un qui ne me ressemblait pas. Et vous savez quoi ? Les amis que je me suis faits à cette époque ont été des personnes fidèles en amitié, entières, avec une vraie personnalité et sensibles. Des amis avec qui je me sentais également entière, moi-même. Des amis différents des "moi-je" ou des "regardez-moi-je-suis-parfaite". Ces amis véritables m'ont apportées tellement en termes de soutien, bien-être et épanouissement qu'elles m'ont fait grandir et ont contribué à la construction de la personne que je suis aujourd'hui !

Alors oui, chacun de nous est une jarre imparfaite. Lorsque certains prétendent l’inverse, nous n’arrivons pas à nous identifier à eux, nous nous sentons dans deux mondes différents. Et au contraire, nous sommes attirés par ceux qui osent montrer leurs défauts au grand jour car c’est auprès de personnes imparfaites que nous nous sentons normaux et osons enfin nous affirmé dans toute notre splendide personnalité imparfaite. Alors osez, vous aussi, montrer vos défauts. Osez être vous, simplement.

Pour tous ceux qui ont des amis ou connaissances qui pensent que leurs défauts leur font défaut 😉 : partagez-leur cet article !

Source du conte : "Voyage intérieur : paroles pour toutes les circonstances de la vie" de J-Y. Bonnamour





0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *